Compte-rendu / Conf. de Marion Lorblanchet « Activez votre potentiel ! »

Par Damien Caillard

Ancienne championne de France de triathlon et cross-triathlon, Marion Lorblanchet a une formation de psycho et de PNL (Programmation Neuro-Linguistique), avec une orientation professionnelle sur la nutrition. Elle est maman de (bientôt) deux petites filles. Après que sa carrière sportive a été interrompue par une tumeur au cerveau, elle a su rebondir en créant une entreprise de conseil en nutrition et en énergie. Elle livre ses clés de la performance et de la réussite.

Contact:

Accès rapide aux sections:

  1. Synthèse écrite de la présentation
  2. Replay vidéo intégral
  3. Interview bonus

La synthèse de la présentation

Les timecodes (minutes:secondes) indiqués dans les titres correspondent à la vidéo intégrale que vous trouverez dans la section suivante.

Introduction : la Pression (0:45)

Tout ce qui tient à cœur met un peu de pression, c’est normal. Mais heureusement que l’on ne se met pas soi-même la pression. Ne pas vouloir être parfait, c’est normal ! Le problème des entrepreneurs est parfois de vouloir être trop parfait.

Les phases de la carrière de Marion, autour de la performance durable (3:30)

Origine de cette mission dans le passé d’athlète olympique. Mais, en y regardant de plus près, deux carrières, toujours centrées sur la performance : « être la meilleure version de moi-même dans tous les domaines ».

Mais la performance était pourtant destructrice dans la première carrière de Marion. Jeune, très douée, elle se donnait à fond et avait trouvé la recette du succès … mais à explosé en plein vol. Comme un burn-out : ce qui arrive quand on n’a pas de stratégie de développement. On donne le maximum jusqu’à épuisement.

Après 1 an et demi de « zone blanche », Marion est revenue dans le triathlon, qui lui tenait à cœur – et parce qu’elle ne voulait pas abandonner. Elle est repartie chercher la performance, mais différemment, en étudiant la mécanique du succès chez les grands sportifs et les grands entrepreneurs.

Cette seconde carrière sportive était bien plus agréable, car plus durable. Retour au summum à 30 ans, contrat signé avec une grande marque américaine pour aller vivre aux USA … et coup du sort, tumeur cérébrale. 8 mois de traitement très difficile, puis reconstruction à nouveau … sur la même mécanique de succès, ce qui l’anime.

Finalement, peu importent les aléas de la vie, ce qui compte est ce qu’on en fait derrière. Décision de créer sa boîte, O2B Nutrition Conseil. Suivant la même méthodologie que voici

Première clé: clarté et connaissance de soi (9:50)

On sait souvent ce qu’on ne veut pas dans la vie, mais sait-on ce qu’on veut ? Où a-t-on envie d’aller ? C’est la première question à se poser.

Chaque semaine, chaque mois, Marion « prend rendez-vous avec elle-même » pour faire le point sur cette connaissance de soi : où en suis-je, où est-ce que je veux aller ? Même si on n’avance pas vite, ce qui compte est de savoir où on en est et où on va (ce qui nous anime). Cela permet de donner une dynamique à sa vie, de ne pas la subir.

Deuxième clé : l’engagement à 110% (13:00)

Quand on a quelque chose qui nous tient à cœur, il faut s’engager à fond.

Référence à l’entraînement triathlon professionnel, 7h du matin à la piscine l’hiver … mais ça ne posait pas de problème car c’était ce qui animait Marion. « Mon pourquoi était tellement fort: je voulais être la meilleure du monde« 

Il faut s’engager à fond car « on ne peut pas réussir en s’engageant un peu, pour voir« . Pas d’à peu près. L’engagement dans ce qui nous tient à cœur n’est pas un problème. Inversement, si on n’a pas trop envie de s’engager dans quelque chose, c’est que ce n’est pas un objectif prioritaire.

On peut se tromper – ce n’est pas un échec. Sans prise de risque, pas de peur, pas de valeur dans la réussite. Ce n’est pas forcément valorisé en France. « ne pas prendre de risque, c’est se contenter d’une vie moyenne« . En revanche, il ne faut pas se tromper de manière répétée sur la même chose : l’erreur permet de réajuster sa stratégie, et de repartir en avant.

Se dire que, plus tard, on ne se souvient que de ce qui a fonctionné (cas des palmarès sportifs).

Parfois, aller chercher l’échec peut être une satisfaction. « agir à 110%, c’est sortir de la moyenne des gens« , ce qui correspond notamment à la start-up. L’action peut mener à l’échec, ce n’est pas un problème si on réajuste derrière.

Troisième clé : la progression (20:30)

Le principe est que tout évolue autour de nous. Refuser de progresser, c’est régresser. C’est le cas en économie mais aussi dans la vie de tous les jours. En même temps, chaque jour est une opportunité pour être meilleur qu’hier : c’est un appel à la progression et à l’amélioration.

En couple, dans la famille, ce qui compte c’est de faire la petite chose en plus, tous les jours. Être un peu meilleur qu’hier, même si personne n’est parfait.

C’est ce petit pas chaque jour qui constitue sur le long terme la vraie progression. En parallèle, penser tous les soirs aux 5 choses positives faites aujourd’hui. Pas facile au début ! Pourtant, on fait tous des choses bien chaque jour, même si elles ne sont pas exceptionnelles. Par exemple, « réussir un créneau du premier coup », « jouer avec son enfant et le faire rire ». Or, s’endormir avec 5 points positifs en tête aide au sommeil mais aussi développe des connexions synaptiques positives, ce qui renforce la confiance en soi, et donne encore plus envie de progresser.

De même, penser autour de soi : féliciter les gens avec qui on travaille, avec qui on vit. Nous évoluons tous dans un environnement, qui nous permet de nous réajuster, et – en miroir – nous donner envie de progresser.

Le rendez-vous avec soi-même permet ainsi de jauger la progression, de voir le chemin parcouru.

Quatrième clé : énergie physique et nutrition (30:00)

On est le reflet de notre manière de manger et de bouger. Pour avoir de l’énergie, de l’envie de se dépasser, de l’estime de soi, il faut être en bon état physique et nutritionnel. Pour prendre de bonnes décisions dans sa vie, il faut un cerveau qui fonctionne bien.

Quid du plaisir ? A court terme, c’est comme une prise de drogue, par exemple un aliment gras et sucré. Mais à long terme, avec une bonne hygiène alimentaire, cela impacte positivement la concentration, l’énergie, la qualité du sommeil …

L’alimentation est donc fondamentale. Il faut assez de nutriments pour que le corps fonctionne bien, avec notamment un petit déjeuner suffisamment riche. Et, en parallèle, l’activité physique. Pas le temps ? Le temps est ce qu’on décide d’en faire. Bosser 2 heures avec 1 heure de sport sera bien plus efficace que 3 heures sans aucun sport.

Cinquième clé : énergie mentale (36:30)

C’est la fameuse PNL étudiée par Marion. « On ne naît pas « confiant ou pas » : l’énergie mentale, l’estime de soi se construisent. On ne naît pas champion, on le devient (dans tous les domaines).

En moyenne, on a 40 000 pensées par jour, conscientes ou non. On ne peut pas les arrêter, mais on peut les « sélectionner », jusqu’à 10 000 par jour. Cette sélection de pensée est un conditionnement : si on « sélectionne » des pensées positives, constructives, qui renforcent l’estime de soi, cela créée un cercle vertueux.

Ainsi, les exercices de visualisation mentale des sportifs de haut niveau. Etre « programmé pour gagner » permet de prendre les décisions au bon moment. Cela fait partie de l’entraînement régulier et permet aussi de se motiver (plus l’entraînement est dur, plus la motivation est capitale).

Petit exercice de visualisation mentale (43:10)

  1. bien poser ses pieds au sol, assis. Se relâcher et fermer ses yeux
  2. se concentrer sur la respiration. Inspirer, expirer lentement. Relâcher les muscles
  3. aller dans son passé : se remémorer une victoire personnelle, essayer de revivre ce moment et de ressentir à nouveau l’énergie et la confiance en soi.
  4. choisir sur sa main ou son poignet un « point d’ancrage » : effectuer une pression sur un point particulier, choisi librement, en repensant aux sensations du passé

Ce point sera le « point de bonheur » personnel. En refaisant fréquemment cet exercice, pendant 21 jours minimum, 3 minutes à chaque fois, cela permet d’activer des connexions synaptiques spécifiques : à chaque pression sur ce point par la suite, les sensations positives seront réactivées (pendant un moment de stress par exemple).

Conclusion (48:50)

On n’a qu’une vie. C’est une contrainte et une chance en même temps. Peu importe d’où on vient, ce qui compte est ce qu’on fait. Si on travaille sur cette mécanique de clarté, de connaissance de soi, d’engagement, de progression, d’énergie physique et mentale, le futur ne peut que bien se passer.

Question du public : comment estimer le « temps avec soi même » ? (51:10)

Difficile au début, « ça saoule » … mais ensuite cela évolue, sans devenir pour autant de la méditation. A terme, arriver à se prendre 1 heure par semaine. On y arrive progressivement, en se focalisant sur le positif. Ne pas s’auto-flageller sur le négatif.

Question du public : comment trouver le rythme dans une journée de 24h ? (52:20)

Essayer, réajuster, et parfois savoir se freiner. Savoir différencier les « entraînements clé » des « entraînements de fond » qui sont une préparation pour les entraînements clé … et ne pas tout donner sur les « petits » entraînements.

Dans la vie quotidienne, il y a aussi des priorités, des moments différents. Savoir ménager sa monture, ce qui ne signifie pas faire preuve de fainéantise (au contraire, c’est de l’intelligence)

Question du public : que pensez-vous du lâcher prise ?(56:10)

Ces moments sont indispensables. On ne peut pas être à fond sans savoir se relâcher. A l’instar des bambous, qui sont solides ET souples. En natation, les meilleurs nageurs ont beaucoup de relâchement et de souplesse autant que de la force.

Le rendez-vous avec soi-même est une opportunité de lâcher prise. Le faire autant que de besoin. Cela s’apprend, de se poser quelque part et de ne rien faire (avec l’aide d’exercices de type respiration, visualisation, etc.)


Le replay de l’événement

La vidéo complète de la captation sur YouTube (59′):

Tournage et montage Damien Caillard / Le Connecteur


L’interview bonus

Marion Lorblanchet revient sur les points à retenir de cette conférence:

1 commentaire sur « Compte-rendu / Conf. de Marion Lorblanchet « Activez votre potentiel ! » »

  • Très intéressante intervention de Marion Lebranchet. C’est cool de pouvoir suivre ce genre de conférences quand on ne peut pas être présent. Merci donc pour la captation, l’article, le bonus… C’est un travail important, merci Damien et l’équipe du Connecteur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *