Focus Spécial / Hommage à Paul-Alexis Bernard

Par Cindy Pappalardo-Roy


Le 22 octobre 2018, Paul-Alexis Bernard, âgé de 38 ans, s’est brusquement éteint. Manager digital au sein du Groupe Centre France, il se décrivait comme “journaliste de laboratoire”. Il était également consultant, formateur et propulseur de projets éditoriaux. Grandement apprécié du plus grand nombre, nous avons demandé à certaines de ses connaissances professionnelles de revenir sur ce qu’il était, pour l’écosystème et pour eux-mêmes.


« PAB » sur le rooftop de La Montagne, entouré d’amis et confrères journalistes de la France entière, à l’occasion de la Journocamp en octobre 2017.


Pouvez-vous nous dire ce que Paul-Alexis a apporté à l’écosystème d’innovation clermontois?

Franck Raynaud, co-fondateur de la startup MyBus : “Un soutien ultra pertinent aux startups du Bivouac. Il était très professionnel, franc, toujours juste. Il était challengeant et dans l’optique de faire progresser, le tout dans la bonne humeur. C’est simple : je ne connais personne qui ne l’appréciait pas. Il va considérablement manquer au développement de notre écosystème.”

 

Raphaël Poughon, animateur du Lab Centre France : “Paul-Alexis  a été l’un des artisans de l’ouverture du Groupe Centre-France à l’écosystème numérique clermontois, notamment via le Bivouac . Tantôt mentor de startups, tantôt « maître a pitcher », il partageait son expérience et prodiguait ses conseils toujours avec humilité, ouverture, et simplicité. Jamais donneur de leçons, mais vraiment désireux de faire grandir l’écosystème, ainsi que le groupe CentreFrance. « PAB » comme nous tout le monde l’appelait, était avant tout un formidable « camarade de jeu », drôle et facétieux, toujours prêt à se rendre utile pour ses amis et collègues que nous étions. Il nous a aussi aidé à grandir , au fil de nos expérimentations au Lab, auprès des journalistes puis des autres métiers. Nous avons monté ensemble de beaux projets, d’autres étaient sur les rails : nul doute qu’en sa mémoire, nous redoublerons d’envie et d’effort. Un élan qu’il a su initier auprès de bon nombre de collaborateurs, et qui ont déjà témoigné de leur envie de poursuivre cet élan, même après son départ.”

Emmanuelle Perrone, directrice d’Épicentre Factory :Il apportait son énergie et son envie de faire bouger les choses. Il était une présence généreuse et lucide pour chacun d’entre nous, nous incitant à nous poser des questions sur les modèles établis et nos hypothèses de travail… Il a été un lien très fort entre le groupe Centre-France et l’écosystème des startups, en instaurant un questionnement commun sur la pertinence des business-models des entreprises en création, apprenant beaucoup de leur expérience au bénéfice de la transformation du Groupe Centre-France et en apportant énormément de l’expérience du groupe aux entreprises en développement qu’il accompagnait. Cet aller-retour bénéfique pour chacun est le premier signe de la création d’un lien de confiance qui peut se tisser entre les partenaires d’un écosystème, ainsi qu’entre des groupes en mutation et des entrepreneurs de l’innovation, pour avancer ensemble dans l’exploration de de modèles nouveaux et performants.”

Clément Posada, responsable communication/marketing et développement de réseaux au Bivouac : “PAB était un vrai personnage, impliqué dans les sujets d’innovation à tous points de vue : dans les journaux pour lesquels il travaillait, mais également au Bivouac, où je l’ai connu. Je n’ai pas de vision large sur son apport dans l’environnement de l’innovation à Clermont, mais je peux témoigner de son apport au Bivouac : pragmatique, concret, engagé, généreux et impliqué. Son approche était toujours tournée vers le collectif, avec une volonté d’avancer en produisant des éléments concret. Il était toujours disponible pour les besoins du Bivouac.”

Qui était Paul-Alexis, pour vous?

Franck Raynaud : “Je l’ai côtoyé au départ via sa mission d’accompagnement du Bivouac au titre du groupe Centre France. On a accroché tout de suite, comme souvent avec PAB ! Il était l’exemple même de ce que devrait être tout homme dans sa relation à autrui : perspicace ET jovial. Il me manque énormément.”

Emmanuelle Perrone : “C’était un bon vivant, généreux et bienveillant. Un professionnel engagé, au service de son groupe et de son territoire. Un explorateur infatigable, au sens propre comme au sens figuré.”

Clément Posada : “D’un collègue que j’avais brièvement connu avant de quitter le groupe Centre France, il était devenu un partenaire dans le développement du Bivouac, et  un complice dans la mise en oeuvre d’actions au bénéfice des startups. Il était un ami, toujours de bonne humeur, proche du terrain et sachant percevoir les besoins concrets du Bivouac et des startups. Il va beaucoup nous manquer.”

Hommage spécial de Guillaume Blanc, co-fondateur d’Exotic Systems :

Voilà déjà deux semaines que PAB nous a quitté. J’ai toujours autant de mal à y croire que lorsque la nouvelle de sa disparition m’a scié les jambes et brisé le cœur. Nos conversations, nos débats, nos idées restent en suspens… et je ne sais quel miracle technologique nous permettra de les poursuivre, moi vivant. Peut-être un coup de magie numérique, qui sait… Nous aurions adoré creuser le concept. Il m’aurait dit : “T’es un malade, mais j’aime bien l’idée, j’ai bien envie de tester le truc”. Puis on aurait pris des post-it et on aurait gribouillé : “Bon, c’est qui le client ? C’est quoi son problème ? Quelle est la PVU qu’on met en face ? Et la solution technique ? Pourquoi est-il prêt à y croire, le client ? Combien il est prêt à mettre pour ça ? …”

J’ai rencontré PAB au Bivouac. Au tout début. Le Groupe Centre-France La Montagne a eu le nez creux en recrutant le gaillard : difficile de trouver quelqu’un de plus passionné par son job. Au Bivouac, PAB était un personnage, un “grand bonhomme” comme j’aimais l’appeler. Je trouve que ça lui va toujours aussi bien. Ça laisse imaginer la taille du vide que son départ crée.

Au Bivouac, PAB était un pilier. Un première ligne. De ceux qui avancent avec conviction en entraînant le paquet et en protégeant l’édifice malgré les forces contraires. Pour Clermont, pour le territoire auvergnat et ses entrepreneurs. Pour son groupe de presse, dont il portait fièrement les couleurs et qu’il représentait avec force et convictions.

PAB était charismatique et avenant. Quelques minutes de discussion suffisaient pour comprendre le talent et la compétence du grand bonhomme : toujours très accessible, vulgarisateur et pédagogue, il était TRÈS pointu sur l’entrepreneuriat dans le numérique et l’émergence de start-up dans le monde de la presse. Il savait ouvrir ses grands bras plein de gentillesse aux entrepreneurs qui se bougent pour faire avancer leurs idées, à condition qu’il ressente leur capacité à se remettre en question. Il débordait d’admiration pour eux. Il prenait un plaisir énorme à les aider. Ça se sentait : il était un mentor très demandé par les entrepreneurs ! Il doit leurs manquer comme il me manque.

PAB était devenu un ami. De ceux qu’on appelle pour rire. De ceux qu’on appelle pour réfléchir, se remettre les idées en place, trouver des solutions en parlant. De ceux qui encouragent. De ceux qui savent dire “fais gaffe”. De ceux qui t’appellent et disent “Hey Dude ! T’aurais pas 1h pour moi à midi ? J’ai besoin d’un miroir”. Et qu’on quitte avec le sourire, une accolade chaleureuse et une bise.”


Nous remercions Franck, Raphaël, Emmanuelle, Clément et Guillaume pour leur retour, et présentons nos plus sincères condoléances à la famille de Paul-Alexis.