Focus / La recette marketing de ChopchopUnPro

Où trouver facilement un « designeur de gâteaux » ? Comment faire entretenir une tombe dans un cimetière ? Qui peut venir faire un spectacle de clown à l’anniversaire de mon enfant ? Sur Clermont bien sûr … la réponse est probablement dans la nouvelle application mobile ChopchopUnPro. Le principe de ChopchopUnPro – prononcez « tchop tchop un pro » – est simple: un annuaire numérique de professionnels à domicile sur l’Auvergne, notés et commentés par les utilisateurs. Après plusieurs mois de gestation, l’application est disponible sur Android et iOS depuis septembre 2016, et le lancement public a fait l’objet d’une belle démonstration de services sur la place de la Victoire à Clermont, le samedi 17 septembre.

ChopchopUnPro est une des premières start-ups à avoir intégré le Bivouac, début 2016. C’est un des projets les plus visibles du nouvel accélérateur clermontois. D’abord car c’est un modèle « B2B2C » – référençant des professionnels pour les rendre accessibles à des particuliers – mais surtout parce que la recette marketing de Kimberley Dubois, la fondatrice, repose sur trois ingrédients uniques.

De l’enthousiasme

« Ce qu’on a aimé, c’est d’abord la personnalité de Kim », précise Eric Borias, le président de Auvergne Business Angels qui a aidé ChopchopUnPro en juillet 2015. Kimberley a imaginé le concept de sa start-up « sur un tapis roulant de course », en constatant qu’il restait très difficile de trouver un professionnel à domicile de confiance et de qualité. Plus tard, début 2016 – alors que le projet commençait à se déployer – Clémence Montil l’a rejointe pour travailler sur la communication, d’abord en bénévole, puis rapidement en prenant des parts dans l’entreprise. La bonne équipe a pris forme à ce moment. Aujourd’hui, les deux associées travaillent d’arrache-pied au lancement de leur appli, avec une pêche et une ambition unanimement reconnues.

Kimberley Santri et Clémence Montil

Kimberley Santri et Clémence Montil, heureuses du lancement de leur appli

Kim et Clémence sont tellement « sur le pont » – et en particulier lors de cette journée du 17 septembre – qu’elles incarnent le projet ChopchopUnPro, en particulier Kim qui en est la PDG et qui veille à son développement. La motivation qui rayonne des associées a dès le début séduit Henri Talamy de l’ARDTA: « on regarde en premier si les gens en veulent, s’ils ont les crocs ». Henri a été un des premiers à croire au projet en lui apportant une résidence Appuy Créateurs (1000 € de « salaire », accompagnant la phase initiale, pendant une période donnée).

« On regarde en premier si les gens en veulent, s’ils ont les crocs. »

Henri Talamy, délégué à la création d’entreprise à l’ARDTA

Résultat, une visibilité tous azimuths de ces super start-uppeuses, qui ont quasiment tout fait pour la mise en place du lancement du 17 septembre. Du dessin des stands au montage des chapiteaux (avec la société Souleyras) en passant par l’impression des cartes de visite et les démarches administratives, l’implication était maximale et le résultat était là. Malgré un temps grisâtre, la place de la Victoire a été égayée de clowns, super héros à balayette, massages, cocktails, et autres châteaux gonflables pendant toute la journée – le tout apporté et animé par les fameux « super pros » qui commencent à peupler l’appli. Quatre heures de sommeil en deux jours pour Kim et Clémence, mais une grande satisfaction au final: « tous les pros ont vu ça comme une chance d’être là » résume la fondatrice.

Des valeurs

Vous êtes sans doute nombreux à connaître ce fameux TED Talk de Simon Sinek intitulé « start with why« : c’est (visiblement) le principe moteur de Kim quand elle a imaginé ChopchopUnPro. Côté constat, les pros à domicile sont souvent des personnes passionnées mais qui ont du mal à vivre de leur métier favori, et qui doivent cumuler des « emplois alimentaires ». Côté solution, une plateforme numérique, sur mobile, de mise en relation avec l’utilisateur sur une base de notation – donc de confiance. La « vision » de ChopchopUnPro est donc d’aider les professionnels à vivre de leur passion en les mettant en avant. Les « super pros » inscrits sur la base vont donc bénéficier de visibilité via le référencement et, in fine, d’un revenu complémentaire qui pourra les aider à joindre les deux bouts. Pour ceux qui sont très bons dans leur job mais qui ne sont pas à l’aise avec l’aspect commercial, cette appli peut être du pain béni.

Audrey (masseuse à domicile): "un très bon moyen pour mettre en avant une spécialité comme les soins énergétiques"

Audrey (masseuse à domicile): « un très bon moyen pour mettre en avant une spécialité comme les soins énergétiques »

Cassandra (cake designer): "je suis fière d'être référencée par un pro du numérique"

Cassandra (cake designer): « je suis fière d’être référencée par un pro du numérique »

Thomas (entretien de sépultures): "je n'ai pas la fibre relationnelle, l'appli m'amène la facilité de contact"

Thomas (entretien de sépultures): « je n’ai pas la fibre relationnelle, l’appli m’amène la facilité de contact »

La vision, largement répétée par Kim, joue beaucoup sur la confiance. Confiance traduite par les utilisateurs finaux (les consommateurs) quand ils notent et commentent les pros sur l’appli, à la façon de TripAdvisor. Confiance fédérant aussi une véritable communauté autour de la marque, ce qui est un point cardinal de l’approche marketing mise en avant par Kim: un paternalisme assumé, des valeurs quasi familiales, la constitution d’un cercle de confiance réunissant ChopchopUnPro et les professionnels référencés. Une notion de solidarité forte qui a particulièrement plu à Henri Talamy qui mentionne « un meilleur lien avec la réalité du terrain économique », du fait de cette proximité.

D’ailleurs, les faits marquants du lancement place de la Victoire n’étaient pas tant le speech ou la coupe de champagne de rigueur, mais bien les stands des « super pros », petits mais tous très originaux, entre les ballons vert et bleu, les tshirts logotés et la « mascotte » du super-pro/super-héros. « Je voulais faire visiter l’appli » résume Kim, « mettre en avant le côté humain« . Pari plutôt réussi, où chaque professionnel vient montrer son savoir-faire et donner du corps à la plateforme numérique.

De la différenciation

Kim et Clémence ont bien conscience du niveau de concurrence sur le marché. Même si l’écosystème auvergnat est encore relativement calme les concernant, le périmètre de telles applis monte très vite au national. « Il existe toujours de la concurrence » avoue Kim, quelques jours après le lancement. « La différenciation se fait par le marketing, plus que par le service ou la technologie » pour ce type d’offre. Bien sûr, il est nécessaire d’avoir un produit fonctionnel, conçu professionnellement … « mais surtout TRES bien emballé ». Ne pas hésiter à se faire remarquer, être punchy sur tous les fronts, c’est la clé de cette différenciation d’image. Les approches de Ouibus (dans la charte graphique) ou de Adopte un Mec (dans les opés événementielles) sont souvent citées par Kim.

appli-1
cv-chopchop
OLYMPUS DIGITAL CAMERA logo OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Logo, affiches, cartes de visite, interface … dans le style inimitable de ChopchopUnPro

Toutes les composantes de la stratégie marketing doivent être en accord avec cette envie de différenciation. Heureusement, Kim et Clémence sont naturellement créatives, voire bouillonnantes d’idées. « Je veux faire ressortir ce que j’ai en moi » précise la fondatrice de ChopchopUnPro. D’ailleurs, ce nom de marque, un peu étrange ? Une dénomination « pas bateau », donnant une impression de rapidité (« Chopchop » voulant dire « vite vite » en cantonais), jouant sur les mots … et facilement déclinables en communauté et en opérationnel (les « choppeurs », « choppe moi » comme clin d’oeil sur les t-shirts de l’événement). Le reste est à l’avenant: les couleurs volontairement « funky », les stands faits à la main, les cartes de visite spéciales ChopchopUnPro avec un parcours de visite …

« Le Bivouac aura besoin de start-ups peu techno, plus marketing. »

Benoît Membré, directeur du Bivouac

Mais toutes ces briques de communication et de marketing n’ont de sens qu’une fois mises en musique dans les événements. La marque est/sera (on n’en est qu’au début …) déclinée à la fois dans des opés grand public impactantes, du type de celle du 17 septembre dernier, inspirées des événementiels d’Adopte un Mec. Mais aussi dans des « Chopchop afterworks », rendez-vous plus restreints, dédiés à la communauté grandissante des « choppeurs » (les clients) et des « super pros » (les professionnels référencés). Consommateurs et professionnels sont vus par Kim comme les maillons d’une même chaîne. Le but de ChopchopUnPro est de les faire travailler en commun pour que tout le monde en bénéficie. Et le numérique dans tout ça ? Juste un moyen de mettre en relation … mais un très bon moyen, cela dit.


Voir l’album photo en ligne: cliquez ici !


Comme le résume Benoît Membré, directeur du Bivouac qui a félicité Kim et Clémence pour le lancement réussi: « cet événement est l’exemple, à partir d’une nouvelle entreprise, d’une opération marketing forte, moderne et différenciante. » Le Bivouac est désormais derrière ChopchopUnPro, tout comme l’ARDTA, les Auvergne Business Angels, le Comité Innovergne et la CCI (qui ont apporté un prêt d’honneur AT2I+), la communauté Ulule … en espérant que ce beau projet parvienne à atteindre ses objectifs à la fois business et humains.

Damien Caillard
27 septembre 2016