Reportage / Clermont Innovation Week, première !

Par Cindy Pappalardo-Roy
avec Damien Caillard et Alexis Echegut


Accéder au résumé/sommaire de cet article


Du 23 au 27 avril derniers avait lieu la première édition de la Clermont Innovation Week (CIW) sur l’agglomération clermontoise. Fédérée et organisée par Clermont Auvergne Métropole – aidée de plusieurs partenaires dont le Connecteur -, elle a rassemblé plus de 50 évènements en 7 jours. Tenus par des associations, institutions ou encore des entreprises, ces évènements mettaient l’accent sur l’innovation et ce, dans plusieurs domaines : agriculture, santé, technologie, numérique… invitant l’écosystème clermontois ainsi qu’un plus large public à venir participer. Nous avons demandé aux organisateurs et aux participants leurs impressions sur cette semaine.

Un public averti en vaut deux

Tous les organisateurs d’événements sont d’accord sur un point : le public était présent, impliqué et bienveillant ! Même si cela tombait sur la semaine post-vacances scolaires, les acteurs de l’écosystème ont très bien joué le jeu et se sont rendus à plusieurs évènements. Les bémols concernaient notamment le manque de patrons de PME parmi les participants, ou la teneur trop universitaire de certains rendez-vous.

Le Forum des doctorants à Polytech du mardi 24 a pu réunir représentants du monde académique et managers de PME

Ce qui est surtout ressorti, concernant le public, c’est l’envie d’améliorer la communication autour de l’évènement, afin d’attirer plus de monde. Ainsi, Bertrand Valiorgue, Secrétaire Général de la fFndation UCA, aimerait voir toute la ville aux couleurs de la CIW, un peu comme lors du Festival du Court-Métrage. Il souhaiterait aussi voir l’évènement plus ouvert aux citoyens ainsi qu’aux écoles. Virginie Squizzato, fédératrice de la CIW à Clermont Auvergne Métropole, confirme cette volonté d’ouverture : “Il ne faut être élitiste envers les publics mais décloisonner et montrer que tous les citoyens ont le droit d’avoir des idées, d’agir pour son territoire”.

« Il faut montrer que tous les citoyens ont le droit d’avoir des idées » – Virginie Squizzato

Pour attirer un public plus varié et plus nombreux, beaucoup ont proposé des idées, presque toutes concentrées sur le fait d’améliorer la communication et l’organisation. Ainsi, cela semble plus pertinent d’organiser l’événement de la Clermont Innovation Week 6 mois, voire un an, en amont, et aussi étendre la communication institutionnelle : Frédéric Poignant, coordinateur de la Maison Innovergne, a ainsi eu de très bons retours de Lyonnais et Grenoblois concernant l’évènement, mais trouve dommage qu’il y ait eu peu de retours dans la presse nationale ou régionale.

Ainsi, s’organiser plus en amont et établir une plus large couverture média (métropolitaine, régionale et nationale) semblent être les clés pour une deuxième édition encore plus riche en public !

Rendre l’événement plus créatif, c’est le rendre plus attractif

Bertrand Valiorgue propose d’ajouter à l’éventuelle édition 2019 un lieu symbolique, comme l’Electric Palace lors du Festival du Court Métrage. Lionel Faucher, fondateur de TEDxClermont, rebondit sur cette idée en parlant de la mise en place d’un « camp de base » : un endroit permanent sur la semaine où organisateurs et participants peuvent se rencontrer ou se revoir, échanger, networker. Le site serait alors équipé en dispositifs de communication grand public comme un plateau télé, une radio, des expositions ou des points d’information et d’orientation. Cela collerait parfaitement avec l’idée de Frédéric Poignant : avoir des périodes de “respiration” pendant la semaine et entre les événements.

L’idée d’un « camp de base » permanent

Toujours dans l’idée d’enrichir l’événement, pourquoi ne pas utiliser la prochaine fois des outils print comme des carnets ou des flyers ? Dans une pensée plus concrète, on pense aussi à un cahier des charges avec des thématiques imposées en amont. Enfin, un site internet dédié à la CIW serait mis en place tout au long de la semaine, complété par l’agenda du Connecteur.

Parmi les événements originaux et inspirants, le « Swedish Inspiration Day » du lundi 23 à la Métropole (la Pardieu), en présence de représentants de l’écosystème de Skona en Suède

Afin de faciliter la couverture de l’événement en “interne”, les organisateurs ont là aussi émis plusieurs idées novatrices : un Pass spécial CIW pour participer gratuitement aux événements et donc faciliter les échanges au sein de l’écosystème, organiser une conférence de presse en amont et plus tard, trouver un créneau pour le lancement officiel de la semaine avec l’ensemble des partenaires, ou encore – plus concrètement cette fois -, imprimer et diffuser le programme complet des événements de la semaine.

Grâce à une communication plus précise et plus attractive, ainsi que des facilitateurs logistiques comme des programmes ou goodies, la CIW pourrait voir des échanges entre participants et organisateurs beaucoup plus fluides.

La clé du succès : un mix ouverture-sélection ?

Concernant l’édition 2018 de la Clermont Innovation Week, Virginie Squizzato souligne l’ “effort collectif très important” avec notamment des manifestations collectives et coopérations novatrices comme l’APEC. On évoque aussi une diversité des formats (déjeuners décalés…) qualifiée de « très intéressant« .

« Les TEDxClermontSalon permettent de s’ouvrir l’esprit en apportant des choses très différentes. » – Karine Demauras

Sur cette idée de foisonnement et de diversité, des événements comme le Médiakathon et la Rue Créative montrent au public d’autres façons de rendre l’innovation, tandis que le TEDxClermontSalon permet de « s’ouvrir l’esprit en apportant des choses très différentes, sans aller trop loin”, nous précise Karine Demauras, gérante de KD’Innovation. « Les [conférences de type] TED montrent que l’important c’est d’essayer quelque chose qui te tient à cœur, et parfois ça réussit, voire se répand dans le monde entier. » Lionel Faucher ajoute qu’il y avait “des sujets très intéressants, ce qui veut dire qu’il y en avait beaucoup, qu’ils étaient bien définis” ; le foisonnement des sujets et l’ouverture des idées et débats confirment l’impression globale de dynamisme durant cette semaine, ainsi que d’un contenu qualitatif. La possibilité de rencontrer des experts apparaît de la même manière comme un élément clef de la réussite de l’événement.

Au hackathon du Damier, durant le week-end à Imago, divers professionnels, créatifs et artistes ont imaginé de nouvelles formes d’expression visuelle

Frédéric Poignant confirme lui aussi cette impression : “C’est une très bonne idée marketing, territoriale, qui met en valeur la capacité de la métropole à fédérer des événements mettant en avant l’innovation”. Mais puisque c’est une première édition, il y a aussi évidemment des points à améliorer pour rendre cette semaine encore plus dynamique ! Et si l’ouverture d’esprit de l’événement à été validée, il reste quand même la question de la sélection : faut-il par exemple restreindre la diversité lors de l’appel à projets et se concentrer sur les événements purement centrés sur l’innovation ?

« C’est une très bonne idée qui met en valeur la capacité de la métropole à fédérer des événements mettant en avant l’innovation. » – Frédéric Poignant

Si cette question s’est posée de temps en temps, il revient en revanche une volonté commune à tous les participants et organisateurs : réduire le nombre d’animations sur la semaine. En effet, avec plus de 50 évènements, cette intensité a pu générer quelques tensions. Le chevauchement de plusieurs ateliers, traitant de nombreux sujets parfois ardus, donne une idée de complexité au sein de l’événement qui, en lui-même, se veut pratique et convivial. Ainsi, les organisateurs suggèrent une meilleure répartition des événements en fonction des thématiques couvertes. Karine Demauras avance ainsi une idée qui allègerait la semaine tout en favorisant les échanges puisqu’elle propose d’organiser certains événements entre eux, avec plus de contenus atypiques et des sujets “up to date” ou des mini teasing. Et un autre organisateur d’évoquer la possibilité d’organiser des événements croisés : par exemple, une association ou un institutionnel qui co-organiserait un événement avec une entreprise, ou bien qui serait sponsorisée par celle-ci.

Installation de mobilier urbain éphémère place de la Pucelle, entre Jaude et Gaillard. Une expérience issue du Challenge Créatif d’Epicentre

Quelques participants ont aussi évoqué la volonté de pouvoir mieux travailler avec Lyon et Grenoble, afin d’élargir et de “grossir” l’événement au fil des années. Cette idée rejoindrait aussi l’envie d’une meilleure couverture presse, notamment régionale et nationale. Dans tous les cas, cette 1ère édition a permis un premier essai qui est à l’unanimité réussi ainsi que d’amener énormément d’idées et de suggestions vastes et variées, qui se rassemblent souvent, et sont peut-être la promesse d’une édition 2019 exceptionnelle.


Pour en savoir plus :
le site de la Clermont Innovation Week
Et l’album photo de la Clermont Innovation Week (scrollable) :


Propos recueillis par Damien Caillard et Cindy Pappalardo-Roy. Merci à tous les participants de leurs retours et de leur disponibilité !
Crédits visuels : le Connecteur (Cindy Pappalardo-Roy, Damien Caillard), Fanny Reynaud, Michel Calvairac (pour le Damier), Jonathan Mazuel (pour Epicentre)

Résumé/sommaire de l’article (cliquez sur les #liens pour accéder aux sections)

  • #AméliorerLaCommunication – L’approche grand public de la Clermont Innovation Week était la clé de son succès. Globalement, l’objectif a semblé atteint, même si certaines « cibles » telles que les dirigeants de PME ou les étudiants étaient parfois peu nombreux aux rendez-vous qui leur étaient dédiés. Une solution consisterait à déployer une communication plus forte et plus large, en rendant la CIW très visible dans la ville (affichage, couleurs), en jouant sur les médias grand public comme La Montagne, et en impliquant davantage les acteurs institutionnels au-delà de la Métropole.
  • #UnEvènementCréatifUn événement sur l’innovation se doit d’être innovant. On peut ainsi développer la créativité et l’originalité des animations, mais aussi de l’organisation transversale. Le principe d’un « camp de base » est évoqué plusieurs fois, dans l’esprit du Festival du Court-Métrage, permettant au public de s’orienter et aux organisateurs de se retrouver et d’échanger. De même, l’utilisation d’un site dédié, d’un « Pass » CIW, et d’outils plus classiques tels que des flyers faciliterait la « navigation » au sein des différents temps forts.
  • #MélangeOuvertureSélectionLa CIW a été l’occasion de mettre à l’honneur plusieurs acteurs de l’innovation souvent méconnus, et ainsi de monter des partenariats originaux. Mais le principe de « foisonnement » adopté et assumé avait aussi comme contrepartie le risque d’empiètement d’animations entre elles. La solution serait une meilleure coordination par rapport aux parcours ou aux thématiques, et pourquoi pas des rapprochements d’événements. Globalement, la diversité et la profondeur de traitement des sujets ont été très appréciées par beaucoup de participants, donnant une impression de dynamisme à la semaine. De même pour les rencontres avec des experts. Au final, une première Clermont Innovation Week très appréciée, avec plusieurs points d’amélioration que tous espèrent voir réalisés sur les années à venir.