Compte-Rendu / Flashcamp #18 – La Stratégie Digitale au service de vos profits [13/11/18]

Par Alexis Echegut,

Si vous pensez avoir une stratégie digitale ou que vous souhaitez en permanence améliorer vos pratiques online, ce flashcamp est fait pour vous. Nous détaillerons concrètement les principaux points d’optimisation des stratégies digitales, leurs applications opérationnelles concrètes et vous présenterons une méthodologie de travail précise qui permet de construire votre stratégie en 2 jours. Car sans stratégie digitale fine, ce sont Google, Facebook ou vos concurrents qui en profiteront…



Synthèse de la présentation

Pierre Bizollon, des agences publicitaires à LinkingBrand

Notre intervenant a un parcours bien fourni. Et pour cause, il a travaillé pour des agences de publicités américaines pendant 10 ans (FCB, GREY). Il s’est dirigé ensuite vers le marketing et la communication à travers Yahoo ou encore le Crédit Mutuel et BASF. Finalement, il y a une dizaine d’année, il fonde le cabinet de Co-Digitalisation du nom de LinkingBrand. A travers celui-ci, lui et son équipe accompagnent les entreprises dans leurs stratégies et leurs plans d’actions digitales.

Stratégie et plans d’actions

Aujourd’hui, les entreprises sont très centrées sur les plans d’actions. L’aspect stratégique est-il suffisamment développé ? Sachant que les deux pôles sont liés, il s’agit – selon Pierre Bizollon – de les rééquilibrer. Il faut reconsidérer les stratégies en leurs donnant plus d’importance, et même commencer par s’en occuper, avant de penser plan d’action.


Ce n’est que par la stratégie que le plan d’action peut être érigé, et non l’inverse. Un plan d’action seul ne peut amener qu’à une rentabilité limitée. LinkingBrand propose ici une méthodologie permettant de travailler à la fois sur les stratégies et les plans d’actions digitales.


La réponse trouve sa source dans une autre question: qu’est-ce qui rend le digital unique par rapport aux médias traditionnels? Il l’est dans le sens ou l’on peut déclencher des interactions de manière immédiate. On peut engager une personne vers un parcours. Et grâce à lui, on a aussi la capacité de mesurer.

Différents impacts opérationnels se dégagent ainsi de ces aspects uniques:

  • Il faut penser action/parcours. On pense son parcours de manière spécifique: Comment accueille-t-on le visiteur? Où souhait-on l’amener?
  • Le fait de pouvoir quantifier, permet de chiffrer, de voir les évolutions, et à terme de cibler les éventuels points à revoir pour évoluer.
  • De la quantification découle la possibilité de fixer un budget. Le budget digital se définit en fonction de l’objectif que l’on veut atteindre.

L’importance des cibles digitales

A qui est-ce que l’on s’adresse?

Plusieurs points stratégiques sont à prendre en compte si l’on veut cibler de manière pertinente une niche de potentiels clients.

  • L’aspect comportemental se révèle comme étant le facteur principal du ciblage d’aujourd’hui. On ne cible plus seulement un profil de manière socio-démographique, mais l’on s’attache à repérer un certain type de comportement. La cible se dématérialise sous un aspect psychologique, avec le comportement des individus comme facteurs déterminant du ciblage moderne.
  • Il apparaît nécessaire d’adapter ses actions à la maturité des cibles concernées.
  • Il faut définir le rôle et les relations accordées avec les influenceurs. De nos jours, ces derniers prennent une place considérable dans l’orientation d’un projet, et peuvent se révéler être un véritable coup de boost stratégique. Il faut se demander comment on peut les utiliser de manière pertinente.

D’un point de vue opérationnel…

Le comportemental va permettre la personnalisation. On va caractériser le client grâce à la data. De cette manière l’UX (expérience utilisateur) sera optimisée. Tous les internautes arrivent sur la même page, mais leur expérience sera différente du faite de leurs comportements préalablement étudiés.- La stratégie de mot clef sera différente suivant la maturité des intéressés. Les gens dits “peu matures” auront plus tendance à utiliser des termes génériques et seront plus difficiles à convertir. A contrario, les profils “matures” sont proches de la conversion et utilisent des mots clefs spécifiques. En d’autres termes, adapter les actions en raison de la maturité des profils permet d’optimiser l’UX, les conversions, les profits…

Comment le digital peut-il enrichir l’offre?

Quelques exemples:

1/ Booking étend son offre aujourd’hui aux restaurants, réservation de vols, location de voitures… Ici l’enrichissement de l’offre se traduit par la multiplication des possibilités sous une même plateforme. Le champs des possibles est démultiplié.

2/ Ray Ban révolutionne l’expérience client par la mise en place d’un Bot. Le ciblage, l’expérience produit, et l’achat peuvent aujourd’hui se faire directement par l’intermédiaire du Bot.

3/ Alibaba révolutionne l’achat automobile. La découverte produit se faire de manière directe. Il suffit simplement de photographier une voiture dans la rue pour en connaître le modèle, pouvoir l’essayer pendant 3 jours, et à terme finaliser l’achat via la plateforme. Plus besoin de passer chez le concessionnaire…

Il n’y a pas de recettes miracles, travailler le contenu est primordial. On connaît aujourd’hui plusieurs méthodes ayant fait leurs preuves. Parmi elles, on peut citer Club Med qui compte sur ses propres clients pour proposer du contenu (les vacanciers prennent des photos de leurs vacances…Club Med les utilise pour promouvoir ses voyages). Chez Uber et GoogleMaps, on fait de l’intégration publicitaire: l’offre Uber se retrouve sur la map Google. Enfin, GoogleLens transforme les images en mots clés.

L’offre LinkingBrand



Résumé en 1 minute par Pierre Bizollon


Interview vidéo par Damien Caillard
Montage vidéo et synthèse écrite par Alexis Echegut